Jacqueline Fritz voit la vie en Rose

Italie L’athlète handisport a réalisé un parcours excep­tionnel, du lac Majeur jusqu’aux sommets du massif du Mont-Rose en passant par le parc national du Val Grande.

Jacqueline et son chien Loui.

Jacqueline et son chien Loui.

Alpiniste, grimpeuse, membre de l’équipe allemande d’handi-escalade, Jacqueline Fritz, 35 ans, ne manque pas d’am­bition. Pour réaliser l’un de ses rêves de longue date, elle est allée au bout de ses limites et s’est forcée à sortir de sa zone de confort. En juillet 2020, accom­pagnée de son chien-guide Loui et de son amie camé­rawoman Laila Tkotz (29 ans), elle a traversé les Alpes et le massif du Mont-Rose sur une seule jambe, sans prothèse ni assistance technique.

12 juillet 2020. Tous les indi­cateurs sont au vert lorsque les athlètes et leur compagnon à quatre pattes prennent le départ pour l’Italie : les prévisions météo sont au beau fixe, les fron­tières ont rouvert après plusieurs mois de confi­nement, et les places en refuge sont réservées. Enfin, les deux amies vont pouvoir terminer leur aventure débutée en août 2019 et inter­rompue par le mauvais temps : la traversée des Alpes lépontines et valai­sannes. Mais commençons par le commen­cement…

Été 2019 : le rêve tourne à l’orage

L’ex­pé­dition démarre à la ville de Verbania, située à 193 m au-dessus du niveau de la mer, sur la rive ouest du lac Majeur. Jacqueline, Laila et Loui empruntent d’anciens sentiers aban­donnés et se frayent un chemin jusqu’au parc national de Val Grande, qui leur offre un avant-goût de l’aventure qui les attend en haute montagne. Pendant environ 10 jours, elles vivent en complète autarcie, comme en haute montagne. Paquetage, nour­riture, équi­pement, matériel photo, tout a été prévu. Sans oublier de quoi remplir la gamelle de Loui ! Malheu­reu­sement, leur voyage est bruta­lement interrompu par de violents orages autour de la commune de Macugnaga. Les jours deviennent des semaines, et les jeunes femmes perdent espoir de réaliser leur ascension. L’aventure doit prendre fin.

Après avoir parcouru 70 petits kilo­mètres, mais presque 5000 mètres de dénivelé, le trio rebrousse chemin et rentre en Allemagne le 24 août 2019.

Été 2020 : l’union fait la force

En raison des mesures de confi­nement liées au COVID-19, il est désormais impossible de partir de Macugnaga. Le 12 juillet, faute de pouvoir reproduire l’iti­néraire de 2019, les deux athlètes se rendent donc à Alagna pour prendre la route des sommets. Elles passent leurs premiers jours sous la tente à une altitude d’environ 2500 mètres, et prennent le temps de s’ac­climater avant de rejoindre le refuge Giovanni Gnifetti (3647 m de dénivelé) dans la vallée d’Aoste. Là, elles retrouvent les guides de montagne Andrea Pierettori et Nicola Degasparis, qui viennent se joindre à leur cordée.

Le petit groupe gravit ensuite le glacier du Lys et atteint la cabane Regina Margherita, le plus haut refuge d’Europe. Situé à un empla­cement spec­ta­culaire au sommet de la Punta Gnifetti (4554 m), cet abri est le point de départ d’une multitude de circuits de haute difficulté dans les Alpes valai­sannes, notamment sur la Pointe Dufour (4634 m), le plus haut sommet de Suisse.

C’est à ce géant que souhaitent s’at­taquer Andrea, Nicola et Jacqueline dès le lendemain matin. Les deux guides utilisent des cordes fixes pour faciliter l’as­cension et la descente.

  • Jacqueline et son chien-guide Loui.

    Jacqueline et son chien-guide Loui.

Photo avec la ALPINE SL GTX, 2019_Jacqueline Fritz - Fotoauswahl Kletterhalle und Wandern

« À six heures du matin, c’est le grand départ. La fenêtre météo ne devrait pas durer : c’est main­tenant ou jamais. »

Jacqueline Fritz | LOWA ACTIVE Team

La journée ne commence pas sous les meilleurs auspices : pour le début de l’après-midi, la météo prévoit un épais brouillard qui pourrait forcer la cordée à rebrousser chemin. Effec­ti­vement, aux trois-quarts de l’iti­néraire, leur progression ralentit à cause d’une faible visi­bilité. Les athlètes savent que le chemin du retour sera long, et qu’il faut prévoir des arrêts pour retirer la corde fixe…

À regret, le groupe décide de quitter la Pointe Dufour, mais tire parti de la journée suivante pour totaliser cinq sommets de plus de 4000 mètres. Mission accomplie pour Jacqueline : elle peut enfin ajouter le Mont-Rose à sa liste d’ex­ploits.

  • L’itinéraire comprend des éboulis et des sections rocheuses.

    L’iti­néraire comprend des éboulis et des sections rocheuses.

À propos de Jacqueline Fritz

D’origine allemande, Jacqueline Fritz perd sa jambe droite à l’âge de 24 ans suite à un accident de danse classique et plusieurs opérations ratées. Dix ans plus tard, elle est devenue une alpiniste et grimpeuse accomplie, qui puise sa force dans sa passion dévorante pour le sport et la montagne. Membre de l’équipe LOWA ACTIVE, l’athlète s’est rapi­dement fait un nom dans le milieu de l’al­pinisme. Elle fait partie de l’équipe allemande d’handi-escalade, qui a décroché une médaille de bronze aux Cham­pionnats du monde de 2019.

La chaussure

« En repoussant mes limites, en sortant de ma zone de confort, j’ai réalisé mon rêve. Le modèle ALPINE SL GTX m’a accompagné dans cette aventure. »

ALPINE SL GTX: Pour la marche en montagne, la légèreté d’une chaussure est aussi importante que ses perfor­mances. Mieux vaut donc opter pour un modèle associant ces deux qualités. Pour concevoir le modèle ALPINE SL GTX, LOWA a reçu l’as­sistance de véri­tables profes­sionnels de l’al­pinisme : les athlètes de l’équipe LOWA PRO. La marque a choisi la tech­nologie Vibram® LITEBASE pour minimiser le poids de la semelle, tout en conservant d’ex­cel­lentes perfor­mances en montagne. La chaussure comprend également plusieurs fonc­tion­nalités très appréciées des profes­sionnels, comme un laçage à deux zones et une doublure imper­méable GORE-TEX.
ALPINE SL GTX